Poèmes  Simonetta Parisi

Écriture instantanée /La voix de l’inconscient

 

 

 

Comme un crépitement incessant des paroles, des oiseaux volaient au-dessus de moi tels des anges introvertis en quête d'eux-mêmes. Un éventail bleu et rouge marquait les signes du temps, un temps frappé par des cordes en acier dans l'infini d'un univers paradoxal.

Comment t’appelles-tu? Toi, qui es derrière moi? Toi qui a fait ce pas à coté pour rejoindre ce monde impalpable...Un souffle et un son étouffé, une sourdine qui rythmais et marquait les pas. Un temps arrêté, un temps sans fin, un temps dilaté, un temps libérée...

Un refrain qui se répétait à l'infini dans ce lieu magique et improbable d'un éternel retour...

Une errante silencieuse pourrait ressembler à une musique d'un cymbalum désaccordé. Dans l'ombre d'un soupir, un émoi pourpre et un sourire d'ambre s’approchaient de loin, avec légèreté, dans un irrémédiable avenir…

20 ans : un souffle!

 

Come un crepitio incessante di parole, degli uccelli volavano sopra di me come degli angeli in cerca di se' stessi.Un ventaglio blu e rosso marcava i segni del tempo , un tempo toccato da corde d’acciaio nell'infinito di un universo paradossale. Come ti chiami? Tu, che stai dietro di me, tu, che hai fatto questo passo di lato per raggiungere questo mondo impalpabile. Un soffio e un suono soffocato, una sordina che ritmava e marcava i passi. Un tempo che si era fermato, un tempo senza fine, un tempo dilatato, un tempo liberato...

Un ritornello che si ripeteva all'inifinito in questo luogo magico e improbabile di un eterno ritorno...

Un’ errante silenziosa potrebbe assomigliare a una musica di un cymbalum disaccordato.

Nell’ombra di un sospiro, un emozione rosso porpora e un sorriso d'ambra si avvicinavano da lontano, con leggerezza, in un irrimediabile avvenire...

20 anni: un soffio!

 

 

---------------------------------------------

‎"Dans tes yeux l'improbable regard d'un temps inexploré, je te demande de respirer cet air lyrique d’Opéra oubliée. Et ce grain de beauté sur ta joue droite me rappelle  la route infini qui passe de ton cœur jusqu’à' à moi. Redoutablement parfait dans un monde incroyablement bleu et blanc, je regard et j’entends l’euphorie de ton chant et de ta voix, comme le grincement d'un violon qui joue à l'infini"

Dans le métro 

 

____________________________________________________

 

 

‎"Le reflet de ta main et de ton visage sur la vitre m’éblouissait de grâce et le noir de tes cheveux attachés avec cette petite barrette argentée m’envahissait de désir.

L’arrêt d'un regard, inoubliable et introverti. Un labyrinthe passionnel d’émotions dans une gare abandonnée et dans un tourbillon envoûtant et dérisoire pour un redoutable et improbable avenir".

 

Écriture instantanée/dans le métro 

__________________________________________________

"

"Incandescente et noir, d’une virulence flamboyante, une petite tige vert s'incline à la vue de ton regard.

Ton visage me paraît lointain dès cet endroit où les étoiles ne resplendissaient pas encore.

Une fleur et trois feuilles tombent de ce balcon qui ressemble à un nid dans lequel il se trouve une musique jamais entendue de tes oreilles".

 

___________________________________________________

 

"Un éclair dans le ciel éblouissant et avide d'amour, tu regard à coté de toi, à gauche, comme pour deviner et attraper cet instant incongru entre tes mains et qui t'échappe. Ta main gauche posée sur ton genoux gauche se demande où elle est la bague qui pendant longtemps l'avait accompagnée. Un espace entre moi et toi et un silence oublié dans ton désert..."

 

22/02/12 dans le métro au matin

 

____________________________________________________

 

"Ta normalité écœurant me rappelais une fleur qui avait perdu son parfum. Dans l'instant où elle allais être cueillie tu te demandais comment tu avais pu quitter ce lieu où la rencontre avec toi-même t'avais tant bouleversé!"

 

__________________________________________________

 

"Ta tresse descends de ton épaule comme une cascade un matin d'été. Ton petit bonnet gris ressemble

à un "nid" où on aurait oubliait la gaieté et la joie. Le mauve de ces sièges pourrait t’accueillir enfin

pour te protéger de ce monde de fous où seulement l'orange et le rire de ton ventre me rappelleront ta beauté infini"

Écriture instantanée, au matin dans le métro

 

_____________________________________________________

 

"Dans un improbable paradis appelé la "Terre" je revois la couleur de tes yeux comme une fenêtre sur la mer. Infiniment et dans une surréelle journée de printemps cette immense plage blanche pourrait s'étendre à l'infini et comme dans un château tu revois ce qui avait été un jour l'éternel"

Écriture instantanée, au matin dans le métro

____________________________________________________

 

"Cette petite branche a l'air d'une enfance abandonnée, ses feuilles tombent comme de gouttes de pluie un jour d'hiver pendant que tu attendais cet ultime regard en respirant un air frais presque glacé.  L’éternelle vision d'un monde imprévisible où tu essayeras d'attraper à la dernière seconde ce souffle sublime"

 

_______________________________________________________

 

"Le son d'une voix inconnue pendant que la vitesse du train pourrait ressembler à l'histoire de ta vie. Ton silence soudain interrompe la cruauté de cette journée insolite et dérisoire d'un lundi matin. Assis tous deux en face de moi, comme pour me rappeler que nous sommes ainsi dans un redoutable et improbable univers"

Écriture instantanée, au matin dans le métro

 

______________________________________________________

 

"Un manteau blanc et rose, une bague au doigt, des lunettes qui tombent et des boucles d'oreilles qui ressemblent à des étoiles de mer....Tu t'assois avec douceur et tu tournes la page de ton livre avec une lenteur effrayante comme pour oublier le temps qui passe. Ta petite voix est sourde et dans une frénétique attente tu te jettes dans l'oubli

______________________________________________________

 

Ses yeux fermés comme si elle dormait, ses mains joints comme si elle priait, ses jambes croisés comme si elle attendait...Son regard solitaire comme si elle était perdue, ses sourcils inclinés comme si elle se demandait le pourquoi et le comment de ces choses éphémères dans un monde éphémère de cette ville éphémère..."

 

écriture instantanée, au matin dans le métro

_______________________________________________________

 

"Dans un improbable paradis appelé la "Terre" je revois la couleur de tes yeux comme une fenêtre sur la mer.

Infiniment et dans une surréelle journée de printemps cette immense plage blanche pourrait s'étendre à l'infini et comme dans un château tu revois ce qui avait été un jour l’éternel"

écriture instantanée , au matin dans le métro

_____________________________________________________

 

"Ta silhouette s’éloigne de moi et deviens de plus en plus petite jusqu’à disparaitre derrière un manège désolant dont la musique rappelle la décadence d'un quartier oubliée...

En te retrouvant ,ton regards croise le mien avec une distance qui devient de plus en plus petite entre moi et toi, comme une ficelle dorée"

 

écriture instantanée

___________________________________________________________

 

"En attendant ton regard je vois le reflet de cette lumière d'une journée de printemps.

Une route longue et étroite, entre moi et toi, une rencontre imprévisible dans l'exploit d'un lundi matin... Tes yeux reflètent la lumière de ce lac calme comme un berceau dans la nuit"

Écriture instantanée

________________________________________________________

 

"En ouvrant un tiroir j'ai vu passer ma vie à un instant incongru et infime tel un soupçon délicieux et galant. Le dessin sur tes chaussures avec ces petits lacets rappel le jeu d'une poupée

oubliée dans une chambre à carillon où la musique est une berceuse aliénante et à la fois époustouflante. Dans ses yeux un imprévisible regard et ses pupilles minuscules et fragiles sont comme un morceaux de glace qui fondrait à la vue de ton visage".

Écriture instantanée/dans le métro

 

________________________________________________________

 

"Tes dents tordues tel une tour décadente dans cet endroit où une voix s'éloigne à l'unisson d'un bruit étourdissant.

Ton petit bonnet ressemble à la culotte d'une dame perdue dans l'infini et en perpétuelle quête de soi-même.

As-tu oublié cette nuit où le noir et le froid frôlais mon dos et le tien, où le tapotement de tes doigts rythmais cette chanson sortie de nul part. Une caresse peut -être éphémère et déconcertante attendue inutilement par toutes celles que voudraient voyager dans un temps sans fin..."

 

Écriture instantanée/ dans le métro

 

 

____________________________________________________

 

"Une page blanche telle un cœur vide, j’ai envie de vomir à jamais...

Tu écris avec ce  stylo pour oublier ta vie misérable, tu écris avec une frénésie envoutante et 

tu effleure mon genou avec tes feuilles de papiers. Elles glissent sur moi comme une plume silencieuse  et éternelle. Mon corps est frémissant et fébrile à l'unisson de ton écriture spontanée. Un silence  et un arrêt, tu descends dans cette gare écœurante d'odeurs indescriptibles et nauséabondes. Un autre regard soudain, effrayé et à la fois tendre s'approche de moi avec un ultime espoir de me voir. Dans un noir absolu je repense à cette nuit torride et inoubliable"

______________________________________________________

 

"Comme la rosée du matin une main frôle cette page blanche, avide et muette. Ta plume délirante glisse sur ces fleurs à une vitesse déconcertante, ces fleurs dont les pétales ne tomberont jamais. Un seul espoir, celui d'une trace laissée par la frénésie de ton crayon, noir, doux et époustouflante. Au même instant d'une rencontre avec moi-même, je vois cette lumière qui se reflet derrière le miroir de ton âme".

Écriture instantanée/dans le métro

__________________________________________________________

 

"Un rayon de soleil à travers une fenêtre carré où les feuilles vibrent au fil du temps. Comme un souffle le vent effleure ces arbres qui attendent un seul regard par ces passants étourdis à jamais. Un son infime presque sourd, on l'entend de loin, il s'approche délicatement comme une vague timide un matin d'été à l'aube".

Écriture instantanée/dans le métro

____________________________________________________________

 

"Sans début ni fin une musique suspendue comme sur un fil au-dessus d'un lac transparente et

 vert clair. Une bague tombe du ciel tel un ange bleu qui cherche à retrouver son image dans ce lac 

 où le reflet est désormais disparu derrière le miroir de son âme. Derrière cette fenêtre un gouffre immense s'ouvre à toi pour te rappeler la joie et l'extase d'une enfance joyeuse et éternelle. Dans ton ombre un mouvement émerge comme une nuage qui danse dans un ciel bleu turquoise et vertigineux"

____________________________________________________________

 

"Tes cils dans mon oreille le temps d'un instant sur un banc oublié d'un jardin oublié

dans une ville oubliée...

Tes chaussures de sports ressemblent à des petits bateaux où on pourrait se perdre

et se bercer à l'infini dans l'exubérance d'un après-midi nuageux en attendant un rayon de soleil dans ce redoutable printemps.

Devant toi, sur une mélodie frénétique d'une valse torride et audacieuse, tu voudrais  la partager avec moi dans l'infini d'une chanson où le silence laissera la place à un souffle

telle une expiration"

Écriture instantanée/ dans le métro

 

_______________________________________________________________

 

"Légèrement dorée avec une touche argentée je me berce et je voyage dans ton 

regard inquiétant et méfiant. Ton grain de beauté est une ile dans la mer perdue et sobre. En t'éloignant de plus en plus un cri sourd envahi cette terre ensoleillée où la chaleur a enflammé toutes les âmes. Comme un amant en quête de soi-même tu regard loin de toi pour chercher l'éphémère de ta vie..."

 

Écriture instantanée/ dans le métro

______________________________________________________________

 

"A côté d'un fleuve une fanfare magique joue une chanson de deux amants oubliés sur un pont

 de cette ville lumière .Ces bateaux sont comme des maisons flottants qui éclairent dans la nuit

ces murs suspendus come une musique douce où la ritournelle se répète à l'infini...

A la même vitesse d'un torrent en tempête le bruit d'un petit bateau s'éloigne de moi laissant la place à une mélodie sulfureuse et mélancolique".

Écriture instantané / sur la seine

________________________________________________________________

 

"Sans début ni fin une musique suspendue comme sur un fil au-dessus d'un lac transparente et

 vert clair. Une bague tombe du ciel tel un ange bleu qui cherche à retrouver son image dans ce lac 

 où le reflet est désormais disparu derrière le miroir de son âme. Derrière cette fenêtre un gouffre immense s'ouvre à toi pour te rappeler la joie et l'extase d'une enfance joyeuse et éternelle. Dans ton ombre un mouvement émerge comme une nuage qui danse dans un ciel bleu turquoise et vertigineux"

 

________________________________________________________

 

Il mio amico naso,

il mio amico naso mi ha detto un giorno: basta, scordati del tuo naso,non vedi che si nasconde ben altro dietro questa invenzione?forse  la tua solitudine ti ha portato   a vedere anche  quelle farfalle marroni e nere che tu credevi fossero entrate da una finestra ancora  chiusa, un pomeriggio d'inverno dove il cielo grigio assomigliava  alla goccia di un oceano attraverso il quale sbocciavano i tuoi occhi....

 

Un abbraccio soffocato,come un grido  senza voce,mentre due amanti si allontanavano silenziosi    passando sotto un ponte buio in una notte senza stelle dove il cielo quasi rosso porpora  ricordava quell' incontro inaspettato di due cuori che, battendo all'unisono, scandivano  i segni di un tempo senza fine.....

 

 

 

 

 

 

 

 

© 2023 by PlayPlay. Proudly created with Wix.com

 

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now